Nationale 1 féminine : Alexandra Gonigam (Épinal) en terrain connu à Yutz

Nationale 1 féminine  : Alexandra Gonigam (Épinal) en terrain connu à Yutz

article républicain Lorrain du 13 octobre 018

Passée par Yutz, Alexandra Gonigam retrouve son ancien club, ce samedi avec Épinal. La demi-centre formée à Metz a trouvé son équilibre dans les Vosges.

Alexandra Gonigam. Photo Jérôme HUMBRECHT/VOSGES MATIN

 

C’est sa famille qui doit être contente. Partie à Épinal depuis plus de deux ans, Alexandra Gonigam a, depuis, peu l’occasion de revenir à Saint-Avold. Sauf cette saison ! Trois équipes mosellanes figurent dans la même poule que la formation vosgienne. Ce samedi, la jeune demi-centre, 23 ans, fait étape à Yutz. Dans une salle qu’elle connaît bien…

« J’y ai passé une saison (2014-2015) , je n’avais pas eu énormément de temps de jeu car on était en Division 2 », se souvient-elle, sans garder un excellent souvenir de cette expérience. Cela sera vite oublié au moment de retrouver des anciennes partenaires ce soir.

« Je connais bien Manon Entringer et Halima Talbi, nous étions ensemble au pôle espoir de Metz », détaille l’ancienne internationale française jeune, passée aussi par Metz Handball au moment de sa formation. « J’y suis arrivée quand j’avais 16 ans et j’ai fait trois ans de N1, avant donc de partir à Yutz puis de revenir la saison suivante afin de retrouver de la confiance. »

« Vraiment bien ici »

Aujourd’hui, Alexandra Gonigam n’a plus ce genre de soucis. À Épinal, la fille d’Emmanuel, vice-champion de France du 400 m haies dans les années 80, a trouvé un club qui lui correspond. « C’est familial, l’équipe est sympa et le projet me plaît. Nous sommes déjà montés de N2 et l’objectif à moyen terme est d’accéder à la Division 2. Je me sens vraiment bien ici. »

Cet équilibre trouve aussi racine dans sa vie hors terrain. La Mosellane a tout déplacé dans les Vosges. « Ça s’est bien organisé dès le départ, je suis bien installée et je viens de me réorienter en Master pour devenir professeur des écoles. Je suis encore là pour quelques années et je ne me vois pas arrêter le hand de sitôt. »

Bonne nouvelle, des retours en Moselle l’attendent encore. Pas à Metz, où elle a déjà eu le plaisir de revoir fin septembre son ancien entraîneur, Yacine Messaoudi. Reste Montigny à visiter, en février. « On les a déjà affrontés chez nous dès la première journée. C’était carrément tout le pôle que je retrouvais  avec Laure Alzin, Johanne Bousmia, Pauline Benatti et Marine Cocciale ! », rigole Alexandra Gonigam, ravie. Ce n’est pas la seule. C’est sa famille qui doit être contente.

Le classement

Le calendrier de Yutz

Le programme de la journée

Thibaut GAGNEPAIN

Powered by themekiller.com