Yutz devra s’en souvenir

A défaut du match, Yutz a gagné le respect. Sans peur face à des Amandinoises tourmentées, il lui a manqué cinq minutes pour signer une première victoire. Celle-ci ne saurait tarder…

 

En l’absence de Leïla Hadi, le costume de demi-centre est allé comme un gant à Corentine Vandevoorde.

YUTZ – SAINT-AMAND-LES-EAUX : 27-29

Mi-temps : 14-14. Gymnase Saint-Exupéry. 150 spectateurs. Arbitres : MM. Gazani et El Hilali.

YUTZ. Abdellahi (3/6), Dabo (4/5), Entringer (7/10 dont 3/4 pen.), Pelé (1/3), Sias (4/5), C. Vandevoorde (3/3), Adams, Grenu (0/1), Kassouh (3/4 sur pen.), Lecorney, Magar (0/1), Pora (2/4). Gardienne : Zarrai (13 arrêts en 60’). Entraîneur : C. Fratini.

SAINT-AMAND. Filipovic (8/13 dont 3/3 pen.), Kuridza (2/4), Malina (3/5), Moesta (0/2), Sanz (4/4), Surmely (1/6), A. Fofana (3/5), Gantois (1/3), N. Kanté (3/4), Ngo Leyi (1/1), Vautier (2/4), Vialatte (1/3). Gardiennes : Saibou (2 arrêts en 19’dont 1 pen.), Pereira (7 arrêts en 41’dont 1 pen.). Entraîneur : F. Sauval.

Un café pour Christophe Fratini, une cinquième défaite et l’addition ? Pas si vite, les Cassandre de la balle collante. Pendant 55 minutes, la hiérarchie a été placée en rétention. Yutz, au solde de points durablement négatif (-11, maintenant), s’est trouvé en position de battre Saint-Amand-les-Eaux, engagé dans un match à deux avec Celles-sur-Belle pour grimper en LFH. À l’issue de leur meilleure prestation de la saison, « s ans hésitation » pour Manon Entringer, les Mosellanes ont échoué à deux buts du coup de maître.

Bluffante Vandevoorde !

On parle bien du même ensemble qui perdait invariablement depuis un mois. De dix buts, en moyenne. Celui-là même dont l’élément le plus chevronné n’était ni sur le parquet, ni dans les gradins. Vendredi, Leïla Hadi a déclaré forfait après s’être bloqué le dos. Corentine Vandevoorde était le plan B. « Elle joue à l’aile, mais depuis le début de saison, je travaille avec elle en demi-centre , confie son entraîneur. Elle en a les qualités. Vu que c’était des grands gabarits, elle pouvait déborder. »

Et bien plus encore. La petite sœur de Maïlys (formée au club, aujourd’hui à Bouillargues) a orchestré le jeu bleu comme si elle faisait ça depuis toujours. Trois réalisations, une seule balle perdue, une assurance bluffante.

Les Yussoises ont suivi le panache roux de leur stratège par intérim. Elles ont mené 24 minutes en première mi-temps, 20 en seconde. Aissatou Dabo (4 buts, 5 passes) a évolué à quatre postes différents avec un bonheur égal. L’infatigable Ghada Zarrai a nargué les ailières nordistes au premier poteau, Jena Kassouh et Manon Entringer ont enquillé les penaltys. « On avait la même envie que d’habitude , assure cette dernière. On a été solidaire tout au long du match, bien mieux défendu, plus aidé la gardienne. »

À dix minutes de la fin, le parfum enivrant de la sensation a enveloppé Saint-Exupéry. Et puis, patatras. « Se retrouver à quatre contre six nous a fait mal », avoue Fratini. Les exclusions coup sur coup des deux Ninon, Pelé et Pora, le passage en force sifflé contre Kassouh, les neuf minutes de stérilité (25-22, 50e puis 25-27, 59e ) ont tout fait capoter. « Par manque d’expérience et une fatigue générale », pointe Manon Entringer.

La première victoire yussoise depuis mars depuis attendra. Samedi prochain, à La Rochelle, ou un autre jour. « Pour les filles, c’est décevant de perdre, mais il n’y a pas de regrets à avoir , soutient le coach. J’espère que ça va les aider à prendre confiance. »

Source : R.L du 16 Octobre 2017

 

 

Powered by themekiller.com