Yutz, les raisons de la sanction

Sanctionné pour une mauvaise gestion financière et un retard administratif, Yutz a écopé d’un retrait de 16 points. Sa lutte pour le maintien semble perdue d’avance…

La tâche s’annonce compliquée pour Sabrina Abdellahi et les Yussoises, sanctionnées par la Fédération.

Qu’adviendra-t-il du club de Yutz ? Alors que plane depuis de longs mois le spectre d’un dépôt de bilan, le deuxième meilleur club féminin du Grand Est a tenté, cet été, d’assurer sa survie en se séparant de la quasi-totalité de ses joueuses professionnelles. Reconstruire pour repartir. C’était sans compter sur ce violent coup d’arrêt infligé par la Fédération française : 16 points de pénalité.

Le dossier financier : -5 points

Difficile d’estimer précisément la somme manquante. Mais le constat est là : le trou dans les finances yussoises est considérable. Malgré le soutien de la municipalité, et des sponsors relativement fidèles, le club a sombré ces dernières années. La Fédération avait d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme et imposé un plan d’apurement… qui n’a pas été respecté. Toujours déficitaire la saison passée, Yutz a été puni par la CNCG, l’organisme de contrôle de finances des clubs. Neuf points de pénalité en première instance, cinq après l’appel du club lorrain et un fonctionnement totalement repensé. « O n n’a gardé qu’un seul contrat pro, la masse salariale est passée de 205 000 € à 55 000 €, on fait tout pour remplir l’objectif de la Fédération , explique le président Francis Manneau. Ces cinq points, c’était normal et c’était encore jouable pour nous, pour le maintien… »

Le dossier arbitrage : -11 points

Mais dans la foulée, nouvelle sanction, autrement plus lourde cette fois : onze points, pour un document transmis hors délai. « Chaque club a des impératifs à respecter concernant l’arbitrage. On doit notamment avoir deux arbitres, qui sifflent au moins onze fois par saison », rembobine Manneau. L’un des deux officiels yussois était atteint par la limite d’âge (55 ans) mais aurait dû bénéficier d’une dérogation puisqu’il assurait des formations auprès des jeunes arbitres. Le hic ? L’attestation en question a été envoyée bien trop tard à la Fédération. « Cet arbitre avait 23 matches au compteur, tout était en règle. Mais comme on était hors délai, la Fédération n’a rien voulu entendre. Notre dossier est tout simplement non recevable, il a été rejeté deux fois en appel. J’ai la haine parce qu’on n’a jamais été jugé sur le fond », soupire le dirigeant.

Le dossier sportif

Avec ce déficit de 16 points, la descente en N1 semble inéluctable… Une seule joueuse professionnelle, 19 ans de moyenne d’âge : Yutz (3 matches, 3 défaites) aura besoin d’un miracle pour sauver sa peau dans l’antichambre de l’élite. « La priorité aujourd’hui est d’assainir les finances et de préparer l’avenir avec nos jeunes pour retrouver la D2 le plus vite possible », espère Francis Manneau.

Source : R.L du 28 Septembre 2017

Powered by themekiller.com